Les contre-pieds d’Alejandro Aravena

L’architecte chilien, fondateur de l’agence Elemental, exprime à travers ses projets une critique lucide du monde.

«A Santiago, un immeuble qui se veut ‘contemporain’ présente d’imposantes façades vitrées. Toutefois, étant donné le climat local, ces constructions se transforment rapidement en serres géantes», constate Alejandro Aravena.

Aussi, pour le projet de centre d’innovations de l’Université Catholique du Chili, l’architecte prend le contre-pied d’une «tendance» et affiche à l’extérieur, non pas des effets de transparence, mais une puissante masse de béton. L’ambition est alors de réduire de 300% la consommation énergétique. Pas moins.

Twitter IconSuivez nous sur Linkedin